0

La cérémonie de l’enfant cadeau

-

Voici un autre rituel pour stimuler le sentiment de bienveillance et renforcer l’estime de soi dans un groupe d’enfants. Le principe : choisir un élève de la classe qui sera l’enfant-cadeau. Le faire asseoir sur « la chaise aux mots-doux ».
Lui demander de fermer les yeux et de se mettre dans une position détendue et agréable. Accueillir dans la classe le silence et l’esprit de joie, puis par un signal gestuel inviter un à un chaque enfant à venir silencieusement et anonymement déposer dans l’oreille de l’enfant cadeau, un mot doux, une qualité, un message de sympathie. En fin de cérémonie, demander à l’enfant cadeau de garder bien au chaud tous ces mots-doux puis d’ouvrir doucement les yeux et s’il le souhaite d’exprimer ce qu’il a éprouvé. Proposer également aux autres d’exprimer leurs ressentis. Ces mots-doux offerts dans le plus grand secret présentent le double avantage de faire autant de bien à celui qui les prononce qu’à celui qui les reçoit. Un rituel fort apprécié des enfants auquel l’adulte est d’ailleurs invité à s’associer !

Il faut évidemment renouveler l’expérience pour que tous les enfants puissent être l’enfant-cadeau une fois dans l’année.

Ostiane

0

Pour éveiller l’empathie et le sentiment de bienveillance réciproque chez les enfants

-

Dans ma classe, j’utilise très régulièrement Le jeu du bien-veilleur invisible, pour développer l’empathie des élèves, renforcer leur sentiment d’appartenance, de sécurité et d’estime de soi. A pratiquer sans modération !

Le principe : en début de semaine, par l’intermédiaire d’une enveloppe surprise, chaque élève se voit attribuer secrètement le nom d’un camarade sur lequel il sera chargé de veiller. Le but étant d’être suffisamment discret pour n’être pas démasqué et suffisamment présent pour accomplir sa tâche.

Pour n’être pas démasqué, un moyen simple : apporter son soutien à d’autres qu’à son seul protégé. (Ne rien dire sur ce point, les enfants le découvriront eux-mêmes !)

En fin de semaine, petit débriefing : « Alors, selon vous, qui était votre ange-gardien ? » À vivre en classe, en équipe et pourquoi pas en famille ?

Ostiane